TROIS VITESSES

Au cours de la campagne électorale, il a été évoqué l’école à trois vitesses : l’école privée, l’école à cheminements particuliers et l’école ordinaire.

Je viens ajouter un autre volet également à trois vitesses : la rente de retraite pleinement indexée, la rente de retraite désindexée partiellement et la rente de retraite indexée à cinquante pourcent.

Avant 1982, la rente des retraités de l’État était indexée à 100 % de l’Indice des prix à la consommation (IPC). Donc elle suivait le coût de la vie.

Sans aucun motif valable, juste une décision politique, de 1982 à 1999 inclusivement, ladite rente a été soumise à l’IPC – 3 %, par décret gouvernemental. Donc une perte du pouvoir d’achat annuelle allant jusqu’à 3 %.

De 2000 à nos jours, la rente a été réindexée à 50 % de l’IPC ou l’IPC – 3 %, la meilleure des deux formules. Donc une perte du pouvoir d’achat négociée.

Des questions se posent. Qu’ont fait les retraités qui ont pris leur retraite entre les années 1982 et 2000 pour se faire imposer cet appauvrissement systématique ? Pourquoi cette perte dure toujours pour eux ? Pourquoi sont-ils victimes de décisions purement politiques ?

Cette perte du pouvoir d’achat récurrente est intolérable. Elle met en péril l’autonomie des retraités. Le gouvernement fait appel à eux pour pallier au manque de main d’œuvre, mais que fait-il pour ceux qui ne sont plus aptes au marché du travail ?

La seule réponse que le gouvernement fournit aux retraités de l’État est une référence aux mesures accordées aux aînés. Or, les mesures aux aînés sont basées sur l’âge et l’indexation de la rente de retraite est basée la contribution financière antérieure des ex-employés de l’État.  Confondre les deux démontre une ignorance volontaire du régime de retraite auquel les retraités de l’État ont cotisé durant toute leur carrière.

Pourquoi le gouvernement convient-il de la nécessité d’indexer le régime des rentes du Québec (RRQ) et ne reconnaît pas la même nécessité pour le régime de retraite de ses retraités RREGOP, RRE, RRF, RRCE et autres ?

Quarante ans de perte du pouvoir d’achat, ça suffit. L’indexation n’est pas un cadeau, c’est juste suivre le coût de la vie comme le font les prix à la consommation et les salaires.

E-mailvotre@email.com

 L’indifférence doit céder sa place à la considération et à l’action.

Aline Couillard

Retraitée de l’État, secteur éducation

2022-09-24

Commentaires

Jean-Guy Dupont

12.10.2022 20:13

Une analogie inspirée et inspirante qui traduit la réalité. Une transmission à trois vitesses est acceptable, à la condition d'engager la 3e vitesse et non de s'acharner à rester en 1ère vitesse...

Jean cailhier

02.10.2022 23:27

Hélas il n'y a plus beaucoup d'espoir d'avoir la moindre indexation

Larrivée

03.10.2022 11:56

J'aimerais voir ce texte publier dans les journaux:Presse Journal de Montréal ET DEVOIR Avons-nous voter pour l'ILLLUSION

Aline Couillard

03.10.2022 04:28

Faisons appel au sens de justice du gouvernement qui sera élu demain.

Derniers commentaires

12.10 | 20:13

Une analogie inspirée et inspirante qui traduit la réalité. Une transmission à trois vitesses est acceptable, à la condition d'engager la 3e vitesse et non de s'acharner à rester en 1ère vitesse...

03.10 | 11:56

J'aimerais voir ce texte publier dans les journaux:Presse Journal de Montréal ET DEVOIR Avons-nous voter pour l'ILLLUSION

03.10 | 04:28

Faisons appel au sens de justice du gouvernement qui sera élu demain.

02.10 | 23:27

Hélas il n'y a plus beaucoup d'espoir d'avoir la moindre indexation

Partagez cette page